« Piloter » la politique scientifique

Le 18 février 2009  - Ecrit par  Wendelin Werner Voir les commentaires (7)

Ci-dessous, sans commentaire (juste deux précisions : ce n’était pas un canular, et ma réponse a été négative), un mail émanant du ministère (j’ai juste enlevé les noms des personnes concernées) reçu le 31 octobre dernier (soit 15 jours avant la première réunion), au sujet de la mise en place de la stratégie nationale de recherche et d’innovation (maintenant fort connue suite au discours du 22 janvier dernier). Attention, restez concentrés pour comprendre les règles du jeu !

"31 octobre 2008

Chère collègue, cher collègue,
La ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur lance un exercice de stratégie sur lequel elle appuiera la stratégie nationale de recherche et d’innovation pour les prochaines années. A l’issue de l’exercice, un rapport final présentera des grands défis thématiques / sectoriels et des défis relatifs au système de recherche et d’innovation lui-même (défis transversaux). Il identifiera des actions au sens large permettant de relever ces défis : un ensemble pluriannuel (quatre ans), cohérent et coordonné d’actions, dans la variété des registres de l’action publique. L’opération est pilotée par xxx pour le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur

L’exercice s’appuie sur un comité de pilotage et des groupes de travail :
Le comité de pilotage, qui identifie les défis.
Pour chaque défi, un groupe restreint d’experts, qui élaborent les versions successives du rapport.
Pour chaque défi, un groupe de parties prenantes, qui interagissent avec le groupe resserré jusqu’à la version finale.

L’exercice a lieu en trois phases :
Etape 1 : le comité de pilotage identifie les défis - cette étape s’est terminée le 24 octobre. La liste définitive des défis est en cours de finalisation au cabinet de la ministre.
Etape 2 : Par défi, élaboration du rapport et mise en débat. De début novembre au 15 février.
Une première réunion des deux groupes lance le travail. Cette réunion aura lieu entre le 12 et le 21 novembre.
Le groupe d’experts se réunit trois fois en novembre et décembre pour élaborer le rapport.
Le groupe étendu des parties prenantes le commente et fait propositions, en allers et retours avec le comité restreint en janvier et février.
Etape 3 : production du rapport final, 1er mars.

Nous attendons la finalisation par le cabinet des listes des membres des groupes ainsi que les premières indications de cadrage. Il est probable qu’un des défis sera nommé : « le numérique, le calcul intensif et les mathématiques ».

Votre participation au groupe des parties prenantes pour ce défi a été proposée et nous espérons qu’elle sera bientôt confirmée. Ce message est là pour vous prévenir officieusement de l’imminence de l’annonce et d’une prochaine première réunion entre le 12 et le 21 novembre… réunion pour laquelle votre présence est espérée.

Amicalement"

Post-scriptum :

Voir également la brève du 19 février.

Partager cet article

Pour citer cet article :

Wendelin Werner — «« Piloter » la politique scientifique» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Commentaire sur l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • « Piloter » la politique scientifique

    le 19 février 2009 à 23:27, par Julien

    Je suis sincèrement navré, malgré tous mes efforts pour comprendre le problème fondamental de cette lettre, je ne peux que me heurter à de l’ironie à outrance et à de l’humour au quinzième degré. Est-il possible, pour un incompétent de mon espèce, d’avoir une traduction de ce papier ?

    Par ailleurs, je m’attendais à trouver ici des articles me donnant accès à des mathématiques sympathiques, et j’y découvre moult revendications syndicales limite hors propos.
    Je peux comprendre que cette réforme vous travaille et vous fatigue. Ce que je ne comprends pas, en revanche, c’est le zèle que vous mettez à laisser les gens comme moi hors du débat...

    J’entends trop dire que les non-enseignants-chercheurs sont incapables de comprendre la teneur du problème ! Mais la seule impression qui ressort de cela est d’être pris pour un idiot !

    De plus, j’ai horreur que l’on décide pour moi de ce que je dois penser. Alors lorsqu’on m’affirme que cette réforme est mauvaise, sans m’expliquer pourquoi... je m’énerve.
    Et pourtant, j’ai beaucoup d’admiration et de respect pour votre profession, c’est vous dire !!

    Conscient des risques actuels de votre métier, il ne faut pas pour autant tomber dans un écueil syndical, attrayant certes, mais qui finalement ternirait plus l’image des mathématiciens. Evitez donc ce piège, et racontez-moi donc…

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?