Science et grand public

Le 19 novembre 2009  - Ecrit par  Pascal Chossat Voir les commentaires (9)
Lire l'article en  

Un jour (il y a bien longtemps, j’étais jeune à l’époque...), j’expliquais à un collègue américain qui venait d’écrire un livre « grand public » que cela me semblait une perte de temps. D’abord, pour faire passer correctement un message scientifique auprès d’une audience non avertie, il faut mobiliser beaucoup de temps et d’énergie qui pourraient être mieux utilisés à démontrer des théorèmes. Ensuite, ce n’est pas notre métier, nous ne sommes pas payés pour ça. Il me répondit très simplement : in fine ce sont les gens, les citoyens, qui paient notre travail et ils ont le droit de savoir pourquoi. Cet argument m’a fait réfléchir. La science n’est pas facilement accessible. Les médias en donnent souvent une image déformée voire caricaturale. Même des magazines sérieux comme La Recherche et Pour la Science ne sont pas exempts d’articles parfois incompréhensibles, d’autres fois triomphalistes ou incantatoires. Je trouve toutefois que des efforts ont été réalisés et que la situation s’est bien améliorée depuis quelques années. Il ne faut pas négliger non plus les effets collectifs suscités par l’évocation d’événements qui nous ramènent à des craintes ancestrales (par exemple le réchauffement climatique qui évoque des images d’inondations géantes, de fin du monde...). Les médias, parfois les politiciens, ont tendance à surfer sur ces inquiétudes légitimes et la science risque alors de servir de prétexte à une manipulation des esprits. C’est finalement pour cela que mon point de vue a changé. Il me semble nécessaire que les scientifiques eux-mêmes s’occupent de présenter au public non seulement leurs résultats mais encore leurs questionnements, leurs incertitudes, le cheminement intellectuel qui les a conduits à étudier tel ou tel aspect d’un problème. Ceci vaut en particulier pour les mathématiciens dont la discipline est souvent très mal comprise (y compris parfois par d’autres scientifiques). Je m’y suis personnellement attaché, sans doute insuffisamment, en publiant il y a bientôt 15 ans un petit livre sur mon domaine [1]. Oui c’est beaucoup de travail, mais c’est un devoir citoyen.

Notes

[1P. Chossat. Les Symétries Brisées, coll. Sciences d’Avenir, éd. Pour-la-Science - Belin, Paris (1996).

Partager cet article

Pour citer cet article :

Pascal Chossat — «Science et grand public» — Images des Mathématiques, CNRS, 2009

Commentaire sur l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Les chercheurs aussi

    le 19 novembre 2009 à 16:33, par Michelle Schatzman

    Missions des personnels de recherche (loi du 15 Juillet 1982) :

    Les métiers de la recherche concourent à une mission d’intérêt national. Cette mission comprend :

    • le développement des connaissances ;
    • leur transfert et leur application dans les entreprises, et dans tous les domaines contribuant au progrès de la société ;
    • la diffusion de l’information et de la culture scientifique et technique dans toute la population, et notamment parmi les jeunes ;
    • la participation à la formation initiale et à la formation continue ;
    • l’administration de la recherche.

    Je pense surtout, cher Pascal, qu’il y avait une sous-culture consistant à penser que c’est « mieux » de faire des théorèmes que de raconter de la science élémentaire à notre patron, Monsieur et Madame Lecontribuable. Je suis contente que tu nous dises si clairement que ce point de vue ne nous rend pas service. Merci.

    Répondre à ce message

Laisser un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?