17 février 2012

5 messages - Retourner à l'article
  • Désagrégation à l’Agrégation

    le 17 février 2012 à 20:40, par Simon Billouet

    Autant je suis d’accord pour le lien de la lettre, autant le lien du monde.fr n’est pas d’une grande pertinence vu le nombre d’erreurs qu’ils font (fautes d’orthographe dans les noms de deux membres du jury, confusion entre les statistiques du CAPES (d’ailleurs faussement rapportées) et de l’agrégation, erreur manifeste sur le nombre de normaliens candidats...).

    Répondre à ce message
    • Détails sur les erreurs

      le 17 février 2012 à 21:00, par Patrick Popescu-Pampu

      Bonjour, et merci pour votre commentaire. J’ai rajouté le lien vers l’article du Monde afin que la comparaison avec la lettre des signataires soit possible et que, précisément, les éventuelles inexactitudes soient relevées par les personnes désirant le faire. Pour cette raison je vous remercie par avance si vous pouvez apporter plus de précisions : quelles sont les statistiques correctes du CAPES et du nombre de normaliens candidats ?

      Répondre à ce message
  • Désagrégation à l’Agrégation

    le 18 février 2012 à 00:21, par Simon Billouet

    Bonsoir,

    Les rapports du CAPES et de l’agrégation (pour ce dernier en version provisoire) ont été publiés sur les sites respectifs des concours et fournissent ces statistiques.

    Précisément :

    • pour le CAPES, il y avait 2695 (et non 2965) candidats présents aux épreuves écrites en 2010, et 1285 en 2011 ;
    • pour l’agrégation, il y avait 1177 candidats en 2010 et 1124 en 2011. Parmi ceux-là, 106 normaliens en 2010 et 62 en 2011 ; j’en profite d’ailleurs pour noter que malgré l’information extrêmement tardive que les potentiels candidats, dont j’étais, ont reçu (la mastérisation rentrant en vigueur pour la session 2011, nous pensions jusqu’à juin 2010 qu’il faudrait justifier d’un M2 pour l’inscription, et ce n’est qu’à cette date que le décret de publication nous a appris que nous pouvions candidater avec une inscription en M2 si nous pouvions justifier de l’obtention du M2 lors des résultats d’admissibilité), la baisse de candidats à l’agrégation est très faible, quasiment cantonnée à la baisse de candidats normaliens.

    Dans l’article, on a l’impression que la statistique citée est celle des candidats à l’agrégation, alors qu’il s’agit donc manifestement d’une version frelatée de celle du CAPES. J’insiste peut-être lourdement, mais je note que, n’étant pas journaliste et n’ayant pas passé le CAPES, il m’a fallu environ une minute pour trouver les chiffres concernant le CAPES : en tapant « CAPES maths 2011 » dans un moteur de recherche quelconque et en suivant à peu près toujours les premiers liens...

    Je ne sais pas à quoi se rapporte la citation de René Cori ; peut-être aux normaliens de l’ENS de Paris ?

    Répondre à ce message
  • Désagrégation à l’Agrégation

    le 18 février 2012 à 02:10, par Arnaud Lionnet

    « J’insiste peut-être lourdement, mais je note que, n’étant pas journaliste et n’ayant pas passé le CAPES, il m’a fallu environ une minute pour trouver les chiffres concernant le CAPES : en tapant « CAPES maths 2011 » dans un moteur de recherche quelconque et en suivant à peu près toujours les premiers liens »
    C’est le genre remarque qui me fait ouvrir la bouche et rester coi. Entre désespoir total face au niveau de sérieux, comment dire, assez inégal dans la profession de journaliste, d’une part, et conscience que cette phrase dit déjà tout et que je n’aurais rien de vraiment significatif à ajouter d’autre part.

    En tous cas merci à Patrick Popescu-Pampu d’avoir fait circuler l’information. Je n’aurais probablement pas entendu parler de ça sans le relais sur Images des Maths.

    Répondre à ce message
  • Désagrégation à l’Agrégation

    le 18 février 2012 à 22:43, par François Gramain

    Ce qui est dramatique, c’est le manque de publicité... Bravo aux courageux démissionnaires. La destruction systématique de notre éducation nationale est épouvantable. Il y a quelques universitaires dans le Gouvernement de la République française, mais la majorité sont issus d’écoles de commerce ou avocats d’affaires (tout un programme !). Comment faire pour convaincre qu’il ne s’agit pas de faire vite et mal pour obtenir des bénéfices rapides, mais qu’il faut du temps pour former des gens à qui il faut du temps pour réfléchir et faire un vrai travail efficace ?
    FG

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.