10 mars 2013

16 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Dans la steppe

    le 13 mars 2013 à 14:47, par Charles Boubel

    Merci pour votre réaction. Plusieurs collègues m’ont également dit être étrangers à de telles sensations guerrières. J’ignore quel est le ressenti de chacun, et probablement mon genre n’est pas majoritaire. J’ai aussi parfois de tout autres sensations, mais ce qui domine est une lutte. Les hasards de mon parcours ont aussi, je pense, accentué chez moi cette sensation.

    Je note aussi que notre maître Henri Poincaré avait de telles images, un peu moins sanglantes mais également guerrières.

    Voyez par exemple : « J’en fis un siège systématique et j’enlevai l’un après l’autre tous les ouvrages avancés ; il y en avait un, cependant, qui tenait encore et dont la chute devait entraîner celle du corps de place ... » (Science et méthode, voir p. 28 ici par exemple.

    Ou un autre exemple .

    « En tout cas, cela donne envie d’en faire. » Tant mieux. En même temps, ça me fait sourire, car le texte raconte aussi que ce n’était (vraiment) pas de tout repos.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.