10 juin 2013

7 messages - Retourner à l'article
  • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

    le 11 juin 2013 à 17:01, par ROUX

    « on doit relever que ce sont ceux de mathématiques qui ont été les plus nombreux à se proposer pour animer la spécialité ISN créée en 2012 »

    La communauté des mathématiques est la mieux organisée, puis vient celle de la chimie et enfin, celle de la physique (écrivons qu’il est même inexact de parler d’organisation de la communauté de la physique).
    Ces organisations solides (mathématiques et chimie) et cette inorganisation (physique) se retrouvent dans la réactivité des Inspections Générales (IG) : rapide pour celle de mathématique et lente pour celle de sciences physiques.

    L’IG de mathématiques a réagi très vite à l’annonce de la mise en place de l’enseignement de l’ISN au lycée, très bien relayée par les Inspections Pédagogiques Régionales (IPR) : prof’ de sciences physiques, je n’ai absolument pas été tenu au courant des mises en place des formations à l’ISN par mon IPR de sciences physiques...

    Et dans mon académie, tous les courriers concernant l’ISN sont signés par l’IPR de mathématiques qui a réalisé une OPA sur l’ISN, même pas hostile puisqu’au fond, en face, il n’y avait personne...

    Personne, si ce ne sont quelques enseignants d’informatique de la filière STMG.

    Lorsque je me suis réveillé, seul, un peu tard, au moment de la parution au Bulletin Officiel de la circulaire concernant la mise en place de l’enseignement de l’ISN au lycée, j’ai appris que la formation était commencée depuis plus d’un an à raison de 72 heures par an...

    Dans les courriers successifs de rentrée de près de 8 pages, année après année, de l’IPR de sciences physiques , rien sur l’ISN...

    Répondre à ce message
  • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

    le 12 juin 2013 à 12:20, par projetmbc

    Pas étonnant. Le gros du programme est de l’algorithmique, et pas d’électronique. Donc on se dit que ce sera bon pour des matheux, ce qui est en fait faux (regarder les nouveaux manuels de 2nde, 1ère et Term et vous serez souvent surpris des grosses maladresses des énoncés traitant de l’algorithmique).

    L’idéal serait de faire un appel à candidature spécifique à destination d’enseignants programmeurs avertis sans être nécessairement des experts. Je connais un collègue d’anglais qui a plus de connaissances HTML qu’un collègue de SI, comme quoi...

    Répondre à ce message
  • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

    le 15 juin 2013 à 15:17, par Ronan

    Les bac SMS se prétendent informaticiens après un bts. il peuvent surement expliquer comment sauter 4 années d’examens pour avoir un diplôme équivalent ?
    Les ingenieur bac S svt qui tombe en école d’ingénieurs privés spécialisés en consommation de logiciel de programmation.130000€ pour faire des trucs qui marche plus dans 2 ans , on se fait engueuler de travailler en programmation.

    Et savoir utiliser une télécommande, c’est déjà un diplôme en électronique, c’est l’heritage de l’époque ou les utilisateurs de PC devaient etre ingénieur (MSDOS, avant 1995).
    De nos jours il y a des IHM, des wisiwig.
    Il y a même des langages de programmations compilable après le paramétrage d’une personne dessinant ce qu’il veut faire ou par QCM. les nouveaux téléphones utilisent des logiciels permettant de créer d’autre logiciel.
    Maintenant il y a le DHTML qui permet de travailler « in cloud », moins de compétence requise en réseau.
    Il faudrait surement le faire sans à avoir à payer de licence , sinon c’est des cours d’utilisation de logiciels donc linux.et sinon c’est pour apprendre à utiliser un clavier , ce qui ne constitue pas des cours d’informatique.

    Répondre à ce message
    • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

      le 15 juin 2013 à 17:00, par projetmbc

      Je trouve que votre message manque de clarté. Êtes-vous enseignant ?

      Certes il y a des outils pour tout et n’importe quoi mais comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont les dangers ? La nouvelle spécialité ISN aborde les problèmes sociétaux.

      Quand aux outils qui ne sont plus valables au bout de deux ans, c’est peut-être parce que l’enseignement n’est pas le bon. Par exemple, avec mes 2ndes et GeoGebra, je ne donne pas d’autres consignes que de regarder par eux-même, de s’adapter. Je ne leur donnerais plus jamais de fiches indiquant de chercher le sous-sous-menu (i) du sous-menu (h) du menu (1) dnas le menu principal.

      Répondre à ce message
      • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

        le 15 juin 2013 à 17:22, par Ronan

        Bonjours,

        Non j’ai simplement une formation en informatique, mais j’aime bien les mathématiques et surtout la physique.

        En seconde la question est de savoir quand s’arrête les questions que vont demander le professeur.
        C’est des coups à avoir 5 médaillés Fields par an et par classe, chose impossible à gérer pour un professeur.

        Geogebra est un outils super puissant dont rêvais surement les meilleurs chercheur d’il y a 10 ans. autant leur donner le permis de conduire, on non et juste leur montrer comment visualiser en 4D les théorèmes du collège.

        merci de me demander mon avis sur les méthodes d’enseignement mais c’est un metier.

        Répondre à ce message
  • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

    le 15 juin 2013 à 17:04, par Ronan

    et puis en informatique il y a comme pour le bc générale trois grande sous catégorie.

    Anthropologie, communication, marketing.

    Electronique, téléphonie, logiciels technique (gps),
    (par exemple à la sncf les entretiens des trains sont effectués en utilisant des batteries de capteurs de sorte qu’il y a plus besoins de faire de calcul pour réparer. un bep conviens tout a fait grâce à l’informatique)

    Economie, expert comptable , logiciel de gestion, étude de marché, estimation des biens immobiliers, calcul des assurances, etc...

    et après la quatrième catégorie est l’entretiens de la machine informatique ou l’organisation du réseau d’ordinateur dans l’entreprise, vente de logiciel et d’ordinateur.

    le mathématiciens par ses compétences distingue assez facilement la difference entre les calculs pour des logiciels de gestion/assurance et de paramétrage technique.
    sinon ils n’ont jamais vraiment les compétences pour réaliser des interfaces, c’est pour une plus valus du logiciel.

    le piege est de confondre l’entretiens de la machine et la machine puisque c’est de l’electronique de tout manière, il y a 15 ans/20ans d’autodidacte et de diplôme dépassé par le progrès(formation continue).

    les ministres sont pas fichus de faire une reforme indispensable et c’est pas la machine qui irra les sauver .
    voila peut être la morale de l’histoire qu’ils veulent écrire.

    Répondre à ce message
  • A propos du rapport de l’Académie des Sciences sur l’enseignement de l’informatique

    le 18 juin 2013 à 14:58, par hubert

    C’est un cri de colère.
    L’Enseignement Agricole Public qui dépend du Ministère de l’Agriculture (j’y enseigne depuis 1982, en tant que professeur certifié de mathématique et d’informatique depuis 1994) a, dans ses référentiels des classes de lycées agricoles, de la seconde jusqu’au BTSA, un enseignement hebdomadaire d’informatique depuis les années 80 (j’ai commencé avec des Bull micral 80 22 z sous prologue (le système d’exploitation).

    Donc dans les lycées agricoles, près de 30 ans d’expérience d’enseignement de l’informatique auprès d’élèves de tous niveaux .... Un grade de Professeur Certifié de Mathématique et d’Informatique a même été créé.

    RIEN RIEN RIEN absolument aucune référence à cet inestimable terrain d’expériences et de résultats dans le rapport de l’académie des sciences. On fait des plans sur la comète depuis ZERO sans prendre la peine de tirer les leçons de ce qui a été fait à l’agriculture ....

    Avant d’aller regarder ce qui se fait en Allemagne ou au Royaume Uni peut-être qu’il y a des choses intéressantes dans ce qui se fait CHEZ NOUS depuis 30 ans ????

    Colère et salutations ...

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.