1er novembre 2008

5 messages - Retourner à l'article
  • Faut-il avoir peur des Mathématiques financières

    le 14 novembre 2009 à 01:25, par JJFFC

    Les subprimes sont un mélange de créances douteuses et de créances certaines. Les créances certaines sont les créances sur l’Etat.

    C’est donc la dette des Etats qui a créé les subprimes.

    La raison est simple : les banquiers ont tellement de créances sur l’Etat qui payent des intérêts mais ne remboursent pas le capital, que leurs fonds propres diminuent et sont remplacés par ces créances certaines comme quasi fonds propres.

    Jean-François Colcombet,
    Expert en financement de projets

    Répondre à ce message
  • Faut-il avoir peur des Mathématiques financières

    le 12 mai 2010 à 00:47, par elarabi

    Bonjour,
    Mr François votre définition des subprimes met en cause,ma compréhension du sujet,en effet la crise des subprimes (d’après ce que j’avais compris ) c’est une crise qui n’a rien avoir avec l’état et dans laquelle les banques sont les seuls responsables pour la simple raison qu’ils donnaient des crédit avec des facilités exagérés ( pas assez de garanties )..et je peux dire en plus que c’est un système américain..
    sinon, et on parlons de l’état je pense qu’il est temps pour eux de prendre les choses en main..le secteur doit être régularisé et j’ajoute qu’à mon avis la faute de toutes ces crises,sont de loin dû au mathématiques mais et surtout à l’état qui laisse les banques entrer dans la folie des grandeurs.
    N.B : je suis encore un étudiant,et mon commentaire sur Mr françois c’est dans le but de mieux comprendre.
    Mercii

    Répondre à ce message
  • Faut-il avoir peur des Mathématiques financières

    le 18 mai 2010 à 00:39, par JJFFC

    Bonjour M. Elarabi.

    En effet, la crise financière des Etats européens et de l’Etat américain sur endettés est bien une source majeure du problème des subprimes et mon message du 14 novembre prévoyait directement la crise financière des Etats européens d’avril 2010.

    L’explication est la suivante : « subprime » signifie « sous le prime » ou « derrière le prime ». Le « prime » ce sont les meilleures créances, c’est-à-dire les créances sur les Etats.

    Les « subprimes », par définition, ne sont pas les prêts distribués aux ménages populaires dont vous parlez ; ils sont la revente de ces prêts à des investisseurs à risques, car les prêts risqués rapportent plus (plus fort risque, plus fort taux d’intérêt). Mais, avant d’être revendus, ces prêts sont adossés à des prêts « prime », c’est-à-dire à des créances sur les Etats...

    Le fait est que, les Etats ayant commencé à s’endetter au delà de leur capacités dans les années 80, ont libéralisé les marchés pour mieux pouvoir continuer à emprunter (notamment les gouvernements socialistes en France). Ainsi, ces Etats ont créés les moyens juridiques de fabriquer des « subprimes » qui n’existaient pas jusqu’alors (lois sur la titrisation, par exemple).

    Cette spirale de l’endettement a été gravée dans la constitution européenne sous la règle du « 3% de déficit du PIB » ce qui équivaut à 15 à 20% du budget des Etats qui se cumulent chaque année (depuis 1981 en France), pour atteindre les sommes astronomiques actuelles !

    En effet, un pays comme la France n’a jamais connu cet endettement en dehors des périodes de guerre. En 1981, l’Etat français avait une certaine dette, mais aussi des économies et « en net », l’Etat français était « dans le vert » grâce à Raymond Barre, premier ministre et professeur d’économie.

    Ce sont donc ces créances sur les Etats qui ont permis à certaines banques de s’enrichir en les revendant, mélangées à des créances douteuses : sans prêts « prime » aux Etats, pas de « subprime » pour les investisseurs à risque !

    Ce ne sont pas les banques qui sont entrées dans la folie des grandeurs, ce sont les Etats. Vous constatez bien, aujourd’hui, que ce sont les Etats qui ne peuvent plus rembourser et qui doivent baisser les salaires des fonctionnaires et leur nombre.

    La preuve en est que les Etats n’ont pas renfloués les banques lors de la crise financières : ces banques ont fait des pertes. Par contre, les « banques » (au sens large) renflouent les Etats tous les jours (L’Etat français a un déficit budgétaire de près de 40% en 2010 !).

    Car les Etats n’ont jamais expliqués aux électeurs ce que signifiait un déficit cumulé pendant 30 ans. Au mieux, les gouvernements ont dit « on endette nos enfants et nos petits enfants, ce n’est pas bien » tout en sachant qu’ils ne seront plus là...

    Mais nous sommes, en 2010, les enfants et les petits enfants des gouvernements des années 80 et 90 qui se sont plongés dans le sur endettement.

    Vous dites que vous êtes encore étudiant. Vous croyez donc encore, probablement, des « maîtres à penser », généralement favorables à l’idéologie selon laquelle « l’Etats est vertueux par définition ». Avec l’expérience, vous aurez compris que ce sont les Etats qui ne sont pas toujours vertueux qui ont été la source du problème.

    Déjà, l’Empire romain est mort lorsque l’Etat a remplacé l’idéologie de l’effort par celle « du pain et des jeux ».

    Aujourd’hui, de la même façon, l’Etat français fabrique deux ou trois millionnaires par semaine avec la « Française des jeux » et il vient de créer des licences pour les jeux sur Internet qui créera encore d’autres millionnaires.

    Ainsi, les Etats, avec leurs lotos, ont fabriqués plus de « riches » que le capitalisme... les riches prudents ont acheté des emprunts d’Etat pour sécuriser leurs économies et les riches intrépides ont acheté des subprimes...

    Bonnes études.

    Répondre à ce message
  • Faut-il avoir peur des Mathématiques financières

    le 1er juin 2010 à 17:56, par elarabi

    Monsieur,
    Je vous remercie pleinement pour votre juteuse réponse,toutefois, je n’arrive pas à comprendre une partie de votre réponse, vous avez dit je cite :
    « 

    Mais, avant d’être revendus, ces prêts sont adossés à des prêts « prime », c’est-à-dire à des créances sur les Etats... »

    En effet, ce passage entre la banque et l’état reste incompréhensible pour moi.
    En outre je voulais vous demander votre avis sur l’avenir des mathématiques financières ? et est ce que vous pensez qu’ils sont la cause de la crise ? si oui, quels solutions à votre avis pour l’avenir ?

    Répondre à ce message
    • Faut-il avoir peur des Mathématiques financières

      le 3 juin 2010 à 19:28, par elarabi

      J’aimerais ajouter un petit commentaire concernant la responsabilité de l’état, il est connu que Milton Friedman « prix nobel de 1976 » appelle au monétarisme, en effet, il pense que l’activité de l’état doit être restreinte..
      Je pense qu’aujourd’hui la crise des Subprimes dénoue parfaitement cette doctrine,et je pense que le monde a bien compris cela, le FMI et les banques centrales commencent à réagir et comprennent que l’avenir de l’économie est entre leur mains.

      Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.