13 mars 2009

4 messages - Retourner à l'article
  • Un mikado subtil

    le 17 mars 2009 à 18:28, par jean pierre brissaud

    Monsieur,
    vous dépeignez en termes effrayants le darwinisme social qui s’est emparé de la communauté des mathématiciens. Il constitue la conséquence navrante de l’adoption de la philosophie darwinienne au nombre des disciplines scientifiques.

    Jamais les mathématiques n’ont produit de résultats fondamentaux aussi accessibles au grand public grâce aux applettes Java. L’art fractal n’a besoin que d’un bon marketing. Nous avons avec Gödel notre philosophe néo-leibnizien dont l’obscure pensée rend enfantine celle des Sages de l’Antiquité. Nous sommes la quintessence de l’esprit sur Terre. Notre philosophie est spontanément platonicienne, croyant dur comme fer à l’existence quasi-tangible d’entités abstraites. Que seraient les autres disciplines sans les mathématiques ? Du verbiage.

    Nous devons élever un problème épistémologique au niveau politique en opposant comme incompatibles la science de Gödel et la science de Darwin. Leurs deux génies sont inconciliables.

    Vive Gödel ! A bas Darwin ! voilà le slogan que je propose aux plus politiques des mathématiciens de mon époque, afin d’être les artisans d’une révolution épistémologique qui remettra la science sur les rails qu’Auguste Comte lui a fait quitter.

    Restons fidèle à l’épistémologie leibnizienne dont Gödel a démontré l’exactitude. Les mathématiques sont la découverte la plus avancée de l’homme sur la relation de l’esprit et de la réalité. Pythagore était philosophe et homme politique, comme Leibniz.

    Mais de nos jours, la politique s’est introduite dans la science par le biais des sciences humaines, dont l’épistémologie approximative pollue progressivement la pensée scientifique dont nous sommes les valeureux gardiens depuis l’Antiquité.

    Nous devons rendre à la mathématique son rang de discipline scientifique première, alors que la biologie l’a détrônée. Nos reproductions par des fractales des phénomènes naturels envoient aux oubliettes les prétendues explications darwiniennes par la défaite des inaptes à gagner.

    Pour cette propagande en faveur de notre intelligence, (chose dont le public est convaincu d’avance), nous avons besoin d’applets java en logiciel libre, comme Carmétal et de développer un noyau de propagandistes, proposant ces applettes en téléchargement gratuit.

    Nous pourrions y ajouter une « bande annonce », à la disposition du propriétaire de l’applette, bande-annonce qui peut-être cédée publicitairement (les fractales font une belle publicité aux bijoux), ou servir à l’annonce d’un message politique (pour la neutralité du réseau, par exemple).

    Ainsi la demande de pédagogie des mathématiques pourrait servir de support à l’expression des idées des auteurs de ces supports. Il se créerait ainsi une opinion publique des mathématiciens, que l’on découvrirait tout en étudiant les maths.

    Ces applettes java seraient des briques pédagogiques qui pourraient être réunies en un cours de maths d’un prof de lycée.

    Chaque applette permettrait d’engager une discussion éventuelle avec son auteur sur un forum. Le retour d’efficacité pédagogique serait ainsi immédiat.

    Nous serons les premiers à mettre le pied sur le sol du Web 3., dont l’économie est celle de l’attractivité des produits.

    Si nous ne sommes pas des génies, qui le sera à notre place ?

    Répondre à ce message
  • Un mikado subtil

    le 19 mars 2009 à 15:30, par Thierry Barbot

    Cher Monsieur Brissaud,

    Êtes-vous bien le JP Brissaud suivant ?

    http://www.6nergies.net/people/2502611-jean-pierre-brissaud

    Merci pour votre intérêt (que j’espère pas trop intéressé). Mais je ne peux m’empêcher de frémir lorsque vous évoquez d’utiliser la vénérable respectabilité des mathématiques comme outil de propagande, selon vos propres termes, pour l’annonce de messages politiques. Si certains débats sur Images des Maths emploient des arguments d’ordre mathématique, c’est surtout pour mettre en évidence le caractère irrationnel de certains propos assénés comme vérités factuelles.

    Du reste, vos affirmations péremptoires concernant l’incompatibilité entre théorie de Darwin et « théorie de Gödel » ont certainement fait lever beaucoup de sourcils. Les pourfendeurs connus de la théorie de Darwin, hélas trop nombreux, n’ont pas l’habitude, malgré leurs prétentions, à respecter une véritable éthique scientifique. Quant à la théorie de Gödel, beau nombre de mathématiciens, qui en connaissent la véritable teneur, certainement décevante pour ceux animés d’exaltation mystique, sont aussi habitués à son évocation en dehors du contexte et aux terribles outrages que doit souffrir sa dignité. La plupart des utilisations des vérités mathématiques pour asseoir des affirmations « philosophiques » relève de l’ésotérisme - et notez que je regrette bien que mes connaissances en mathématiques ne m’aident pas à en savoir plus que les autres sur le bien et le futur de l’humanité !

    Enfin, si vous espérez l’assentiment de la communauté mathématique pour pourfendre la légitimité des sciences humaines en tant que telles, j’espère bien que vus serez déçus par la plupart de mes collègues.

    Répondre à ce message
  • Un mikado subtil

    le 9 décembre 2009 à 23:29, par Rachid Matta MATTA

    Monsieur Stéphane Jaffard, Président de la SMF

    La multiplicité des associations mathématiques est une conséquence inévitable de la multiplicité des géométries après la rupture de l’unité de la géométrie par l’introduction des géométries non-euclidiennes dans la province de la mathématique.

    Ces géométries pleines de failles ont embarqué leurs fondateurs Gauss, Lobatchevsky, Bolyai et Riemann, leurs propagateurs Beltrami, Helmholtz, Klein, Hoüel, Poincaré et tous leurs successeurs du 19ème, 20ème et 21ème siècle sur les océans de l’erreur, de la fiction, et des paradoxes. L’exemple que vous avez cité « Je ne doute pas que des fédérations de fédérations voient bientôt le jour, avec les paradoxes attenants dont nous sommes friands (une association d’associations pourra-t-elle être membre d’elle-même ? » est éloquent.

    Le paradoxe découvert par B. Russel aurait dû inciter les mathématiciens à rejeter la théorie des ensembles de G. Cantor, mais les ravages des géométries non-euclidiennes ont fait leurs effets néfastes sur la raison humaine pour empêcher les mathématiciens de prendre le bon chemin.
    Pour unifier les associations mathématiques, il faut commencer par rendre à la géométrie son unité et la vérité éternelle de ses propositions, chose très facile après que le Premier Géomètre m’a permis de démontrer le cinquième postulat d’Euclide par plusieurs méthodes rigoureuses. Ainsi, la géométrie euclidienne, devenue solidement fondée, peut à son tour fonder correctement la mathématique et lui rendre sa vérité et son exactitude.

    Le jour où la vérité mathématique sera rétablie, les mathématiciens de toutes les associations retourneront à leur maison unique construite par la Société Mathématique de France, et j’espère que cet évènement majeur aura lieu sous votre présidence pour célébrer la fête de la mathématique et de la raison humaine.

    Les étudiants dans les écoles primaires, les collèges, les lycées, les universités et les écoles doctorales attendent une action de votre part.

    Rachid Matta MATTA
    Le 10 décembre 2009

    Répondre à ce message
  • Un mikado subtil

    le 20 mars 2011 à 11:28, par Alexandre Moatti

    Je suis étonné des deux commentaires trollesques (Brissaud et Matta), tout à fait incroyables ! Merci à Barbot pour avoir remis les pendules à l’heure (l’URL de Brissaud ne semble plus exister).

    Sur le fond de l’article, je partage entièrement l’avis de S. Jaffard, dont j’ai fait la connaissance vendredi à l’X lors du colloque Mandelbrot.

    Le fait qu’il y ait tant d’associations mathématiques peu coordonnées + ajoutons qu’elles fonctionnent rarement avec les nombreuses associations ou structures en physique : c’est dommage.

    Dans le cadre de la Fondation C.Génial, nous avons choisi de soutenir en maths l’association Animath, qui nous a paru assurer une certaine forme de coordination, nécessaire en effet.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.