18 décembre 2015

21 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • La fabrique de l’étudiant oubliant. Quelques questions se posent !

    le 20 décembre 2015 à 16:28, par svain

    « La bienveillance n’est pas une honte, n’est pas une excuse, ou une faiblesse ; c’est une exigence et une nécessité »
    Bien-sûr ! C’est une évidence. Malheureusement le mot bienveillance à perdu sa signification au cours des années dans l’EN. Il suffit d’y travailler pour comprendre. Être bienveillant, c’est : mettre de bonnes notes au bac, avoir une moyenne de classe au-dessus de 10 (quelle que soit la filière), faire des problèmes de la vie « courante » (qui connait un ado, sait qu’il ne la connait pas (la vie courante) !), faire du ludique, ne pas donner de devoir...
    Alors, oui, je suis d’accord avec vous, à condition qu’on redonne son sens originel à ce mot.
    Je crois qu’il faudrait changer le mot bienveillance par exigence... Avant qu’un autre gouvernement n’en change le sens.
    En parlant de sens, M. Chambert-Loir, avez-vous vu (ou lu) pour ne donner qu’un exemple, la définition que l’on donne aux élèves de seconde d’un vecteur (et oui, maintenant, on ne voit ça uniquement qu’à partir de la seconde !) ?
    Avec tout le respect que je vous dois.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.