18 décembre 2015

21 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • La fabrique de l’étudiant oubliant. Quelques questions se posent !

    le 18 août 2016 à 08:31, par patrick

    si vous me le permettez vous êtes trop dans l’autosatisfaction

    à vous écouter la mathématique serait l’horloge parfaite qui méne le monde et qui ne le reconnait pas est affecté d’un grave problème.

    or, la mathématique pour la plupart des individus n’apparaît pas comme quelque chose de compliqué, mais comme quelque chose d’aberrant..

    croyez vous vraiment qu’un thésard en maths est plus intelligent qu’un avocat de renom, qui fait partie de ceux qui ne comprennent rien aux maths

    mais au fait, est ce que vous comprenez vraiment les maths , où est ce que vous comprenez une tradition mathématique

    je me suis intéressé à la période 1889/1931 qui a été très explicative du problème des mathématiques.

    Il faudrait expliquer comment on est passé de la méthode axiomatique préconisée par Hilbert, à la méthode théorique préconisée par Poincaré, puis à la méthode des ensembles de Cantor, pour en finir à la méthode probabiliste aprés Dirac

    En fait la mathématique manque fortement de cohérence, pour cela il suffit de prendre connaissance des problèmes primés par la fondation Clay.

    Si certains semblent timides en mathématiques c’est qu’il perçoivent les insuffisances des méthodes mathématiques, mais cela ne peut être exprimé, car ce type de discours est interdit en mathématiques.

    Il serait intéressant de relater l’aventure mathématique des années 1889/1931 et d’expliquer pourquoi les interventions de Russell et de Gödel ont été balayées.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.