3 janvier 2010

23 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Plafond de verre

    le 16 janvier 2010 à 19:33, par barbara

    Voici quelques reflexions non statistiques que m’evoque cet article, en vrac.
    * Ma directrice de these m’a souvent dit qu’elle n’aurait jamais fait de recherche en maths si elle n’avait pas ete a l’ENS (Sevres), ou on l’a poussee dans cette direction.
    * Les femmes, le plus souvent, ne sont pas eduquees a etre ambitieuses, ca a des effets ravageurs sur les jeunes lyceennes et etudiantes brillantes (les meilleures filles veulent le plus souvent passer capes ou agreg pour enseigner).
    * Recit d’une collegue matheuse : son prof de TS conseillait a tous les garcons bons en maths d’aller en prepa. Elle etait bonne en maths, ne savait pas ce qu’etaient les prepas, est allee a la fac (et finalement fait des maths....)
    * Dans ma prepa, nous n’etions que 3 filles parisiennes sur 45 en maths spe, les garcons venant de partout en France. Ben oui, pas d’internat de fille, et des chambres tres cheres chez les bonnes soeurs dans le quartier latin.
    * Dans ma prepa, on me repetait souvent : les filles, c’est pas bon en maths, ou alors c’est pas des vraies filles. Destructeur, en fin d’adolescence, quand on aime les maths...
    * Pour faire de la recherche en maths (ou autre chose), il faut repousser toutes les envies de maternite a plus tard, et attendre, attendre. C’est bien sur bien mieux en France que dans tous les pays qui n’ont que des postes precaires avant les postes de prof, mais ca n’aide pas. Plusieurs amies sont devenues Prag en fin de these, par simplicite, quand tant de garcons enchainent les postdocs. On favorise ainsi l’acharnement et le celibat plutot que le talent mathematique.
    * une fois qu’on est dans le milieu, on est entouree d’hommes. Pas si facile que ca au quotidien, quand c’est en permanence, depuis le bac. (Une exception benie pendant ma these, avec un labo tres feminise, et neanmoins mathematique).
    * Difficulte a concilier travail et maternites. Ce n’est pas specifique aux maths, mais a toutes les professions type « cadre » ou « cadre sup ». On me repete que Claire Voisin et Laure St Raymond ont plein d’enfants. Vu leur niveau scientifique cela m’accable plus qu’autre chose. Pas a la hauteur, ni en maths, ni en enfants...
    * Et pour passer prof ? En admettant qu’on ait reussi a ne pas decrocher, a s’acharner. Un cas d’ecole : mon compagnon est proche de l’HdR. Il la passera mecaniquement avant moi. Postulera prof avant moi, et j’essaierai de le suivre comme Mdc, par mutation ou echange de poste ? Et je serai locale au moment de postuler PR...

    Bref, ce ne sont que des exemples, pas des statistiques, mais ...

    Heureusement que c’est marrant, les maths, sinon,

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.