3 janvier 2010

23 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • Plafond de verre

    le 18 janvier 2010 à 21:48, par barbara

    Ouh la oui, que ca me choque !

    Il y a des esprits mathematiques tres differents les uns des autres, certains aiment nager dans l’abstraction, d’autres comprennent par des exemples, pour d’autres encore il faut une application potentielle pour donner du sens a un resultat, certains comprennent en marchant de long en large, d’autres ont besoin d’ecrire. Certains retiennent tout ce qu’ils lisent, d’autres redemontrent tout faute de memoire, ou par principe/gout. Certains font des dessins, d’autres des calculs. Nous avons tous une partie de chacun des profils ci dessus en nous.
    Et toutes ces facons de faire des mathematiques, tres differentes, ne sont a priori pas sexuees...

    Quand je demontre un theoreme, la demonstration est juste ou fausse, elle n’est pas feminine ou masculine.
    Il est interessant ou non, difficile ou non, mais pas garcon ou fille.

    Le plafond de verre est un phenomene propre a la plupart des carrieres, de cadres en particulier, qui est du principalement a l’education des femmes : elles doivent etre jolies, sages, propres, obeissantes, de bonne humeur, gentilles, douces, ordonnees, etc. Toutes sortes de qualites qui font qu’elles s’impliquent differemment des hommes (plus de taches collectives invisibles, plus de petites mains modestes, moins de responsabilites de pouvoir).

    Par ailleurs, jusqu’a maintenant la seule difference biologique que j’ai reellement constatee entre les deux sexes concerne les organes sexuels et la maternite (frein a la carriere, au passage, mais pas blocage).

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.