28 mars 2021

2 messages - Retourner à l'article
  • Du côté des lettres – Alexis Clairaut et l’Académie impériale des sciences de Saint-Petersbourg

    le 31 mars à 10:37, par Olivier Courcelle

    Clairaut a commis une légère faute d’inattention, mon cher Guy, en datant la première lettre du 2 janvier 1751, qui est en réalité du 2 janvier 1752 – vois l’allusion à Schumacher en fin de PS et la lettre dudit Schumacher que tu cites après ce PS. D’ailleurs, Clairaut ne pouvait pas savoir en janvier 1751 qu’il était lauréat du prix de l’Académie de Saint-Pétersbourg : il ne s’en doutera que par la lettre qu’Euler lui écrira le 29 juin 1751, peu après avoir remis son jugement (5 juin). (Et sauf erreur, Grischow ne devient secrétaire de l’Académie de Saint-Pétersbourg qu’en mars 1751.)

    Pour tout te dire, je ne suis pas sûr que ces lettres soient aussi inédites que tu le dis ;) – vois par exemple : http://www.clairaut.com/npoOctobreoupfSeptembre1755.html.

    Répondre à ce message
  • Du côté des lettres – Alexis Clairaut et l’Académie impériale des sciences de Saint-Petersbourg

    le 31 mars à 10:56, par Guy Boistel

    Cher Olivier, heureux de voir que tu suis toujours Clairaut et merci de ton message.
    J’avais en effet noté dans mes anciennes annotations à cette correspondance cette erreur de datation de Clairaut sans pouvoir retrouver la raison forte pour laquelle je l’avais notée. Merci ; je vais procéder à la rectification.
    Ok pour l’édition de la lettre de 1755 [vu sur ton site], mais le reste du fonds provenant de Saint-Petersbourg reste inédit. Ces lettres sont entre mes mains depuis très longtemps mais d’autres travaux m’avaient écarté de Clairaut. J’espère les publier autre part très rapidement et je tiendrais compte de ta remarque sur la datation de la première lettre et je regarderai plus attentivement si elles sont dans ta base de données. Tout cela ne change rien au fond de l’article. Les tables de la Lune de Clairaut auraient du paraître avant celles de Mayer ; il reste comme je l’ai détaillé dans plusieurs travaux depuis ma thèse que les tables de Clairaut sont au moins aussi bonnes que celles de Mayer en moyenne. Pour des raisons d’ordre philosophique comme théorie versus empirisme, les astronomes (excepté partiellement Lalande et les anglais qui préfèrent Mayer) optent pour les tables de Clairaut jusqu’à ce que la mécanique céleste tiennent compte de l’accélération séculaire de la Lune dans les années 1770-1780. Mais Clairaut n’était plus là pour faire évoluer sa théorie comme l’a fait Euler.
    Encore merci pour ton message. Cordialement. Guy

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.