9 mars 2010

23 messages - Retourner à l'article

Voir tous les messages - Retourner à l'article

  • La bibliothèque de Babel

    le 10 mars 2010 à 03:57, par B !gre

    Bonjour à tous,

    Je suis un peu étonné par la discussion également. Je ne suis pas mathématicien, mais je travaille dans un domaine (très) proche : l’informatique théorique. Et j’ai souvent besoin de résultats récents de mathématiques de différents domaines donc je suis habitué aux publications de maths.

    Il est toujours étonnant pour moi de voir le nombre de publications en français en maths, car la supposition de Stéphane est exacte, la proportion est bien moindre dans mon domaine. Je pense qu’on est en deçà de 0,1% (même si je dis ça un peu au hasard, je dois le reconnaître).

    Je ne vois pas l’intérêt de publier plus en français. Je comprends le fait qu’on écrira mieux dans sa langue natale, et j’envie régulièrement mes collègues anglophones de naissance. Mais il me semble qu’il y a quand même un côté « enfant gâté » à vouloir écrire en français : on a la chance d’avoir comme langue natale une langue relativement répandue. Si chacun écrivait dans sa langue, il serait sans doute difficile pour moi de lire certains articles en hongrois par exemple ! L’argument de la possibilité d’écrire les articles dans sa propre langue, puis de les traduire ne me semble pas pertinent puisque rien n’empêche à l’heure actuelle un chercheur de fonctionner ainsi (je ne préfère pas à titre personnel). Et il me semble naturel que les seules versions publiées soient les versions anglophones car ce sont les seules dont on est sûr qu’elles puissent être relues par des reviewers (qui n’ont aucune raison de comprendre le français).

    En gros, le fait de tout publier en anglais me semble fort pratique, et je n’arrive pas à y voir d’inconvénient réel. Je rajoute aussi qu’en informatique, les conférences ont bien plus d’importance qu’en mathématiques (je veux dire pour ce qui est de la valorisation des travaux, non qu’elles sont plus utiles par exemple). C’est je crois essentiellement culturel, mais toujours est-il que de ce fait, parlant souvent pour un auditoire où beaucoup de nationalités sont représentées, s’exprimer dans la langue comprise par tous est tout à fait logique.

    Répondre à ce message
Pour participer à la discussion merci de vous identifier : Si vous n'avez pas d'identifiant, vous pouvez vous inscrire.